Ce qu’il faut savoir sur la fiscalité d’une résidence secondaire

Opter pour une location saisonnière à partir de votre résidence secondaire peut être une très bonne idée pour augmenter vos revenus. Si cette situation est courante, il est important de bien avoir en tête les impôts qui découlent de ce type d’opération, pour ne pas avoir de surprise en fin d’année. Roomlala vous détaille la fiscalité de la location saisonnière d’une résidence secondaire.



Quel est le traitement des revenus de la location saisonnière ?

Pour déclarer les revenus issus d’une location saisonnière, qui rentrent dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), il existe deux régimes bien distincts.

• Le régime de la microentreprise
Il s’agit du régime par défaut en deçà d’un plafond de recettes locatives (33 200€ en 2017). Le propriétaire d’une résidence secondaire louée n’a dans ce cas à déclarer que le montant des revenus encaissés dans la case spécialement prévue de sa déclaration de revenus. Ce régime permet de bénéficier d’un abattement de 50%. Ainsi, seule la moitié du chiffre d’affaires est prise en compte dans le revenu global. Si votre résidence secondaire est classée « meublé de tourisme », le plafond de recettes s’élève à 82 800€ et l’abattement à 71%.

• Le régime réel
Ce régime implique de tenir une comptabilité et de déclarer l’ensemble des revenus perçus et des charges décaissées. Ces charges doivent être calculées au prorata de la durée de location, dans le cas où le logement n’est pas loué toute l’année. Par ailleurs, vous pouvez intégrer dans ces charges un amortissement comptable du mobilier de 10% par an, et un amortissement du logement de 2% par an.


Peut-on constituer un déficit foncier ?

Le traitement fiscal d’un éventuel déficit foncier dépend du statut choisi par le loueur. S’il a opté pour le statut de loueur meublé professionnel, il peut reporter son déficit foncier sur son revenu global. Dans le cas contraire, en tant que loueur meublé non professionnel, ce déficit ne peut être reporté que sur les recettes locatives des autres locations meublées non professionnelles, de l’année ou des dix suivantes.


Quel est le traitement fiscal de la plus-value ?

En cas de revente de la résidence secondaire, le traitement de la plus-value dépend également du statut du loueur. Si ce dernier est professionnel, il s’agit d’une plus-value professionnelle, qui intègre le montant du bien amorti dans son calcul. En revanche, si le propriétaire choisit le statut de loueur meublé non professionnel, la plus-value entre dans le champ d’application du régime des plus-values immobilières privées. Le calcul ne tient alors pas compte de l’amortissement du bien, réduisant d’autant la base imposable, et donc la fiscalité sur la résidence secondaire.





Nom de l'auteur : Roomlala

Articles similaires

Les locations vacances

La location vacances consiste en la location de son logement ou une partie de celui-ci à des touristes de passage. Chambrealouer.com vous propose des annonces de locations de vacances. Louer votre logement pour les vacances Si vous avez une...

Avantages Pass Premium
10 x plus de chances de trouver une location
Je deviens Premium
 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront de vous offrir un meilleur service. Lire notre politique d'utilisation des cookies.